« (...) Ce Trio, mis en scène par Urszula Mikos, est un collage de textes de l'écrivain suivant sa méthode. Une mécanique de précision laissant une grande part à l'aléatoire. Tout est basé sur le jeu des acteurs, trois énergumènes en queue de pie, sur leurs improvisations. On est plus proche ici du free jazz que de l'harmonie, c'est à qui occupera l'espace sonore en premier (...) une fois que l'on a pris ses repères sur la partition, on chope au vol des moments d'acteurs épatants (...) Grâce surtout à la qualité de chacun et à leur complémentarité (...) »

LIBERATION - Maïa Bouteillet

« Un spectacle extrêmement original, Urszula Mikos, metteur en scène de ce spectacle est parvenue à une réussite incroyable : elle a su transposer dans le domaine français les divagations des personnages de Schaeffer, basées sur le grotesque, les actions physiques et imprégnées de critiques du répertoire polonais... (...) Urszula Mikos est également parvenue à donner une tonalité poétique à cette œuvre (...) La confrontation entre une forme générale éclatée, désordonnée et des monologues cartésiens offre de nouvelles potentialités à Schaeffer. Celui qui pense qu’il s’agit seulement d’un jeu formel se trompe lourdement : on observe ici une critique de notre perte de valeurs, et de nos difficultés à communiquer. Urszula Mikos est parvenue à révéler ces tensions et ces difficultés avec les seuls moyens du théâtre... Les comédiens disposent de voix très différentes et le “ trio ” parvient ainsi à une réelle musicalité ; ce qui lui donne d’ailleurs une efficacité comique immédiate. »
RFI - Agniezka Kumor

« Trio dans le désordre des mots (...) si vous aimez être dérouté, ce spectacle va vous enchanter (...) les mots, dits plus ou moins en désordre, en jouant avec maestria des différents registres vocaux, sont accompagnés par une gestuelle pour le moins surprenante, en tout cas parfaitement élaborée. C'est évidemment inracontable. C'est souvent drôle, poétique et parfois irritant. En tout cas, les trois comédiens (Patrice Juiff, Mathias Mlekus et Bruno Pesenti) qui ont pris là un vrai risque, méritent un coup de chapeau. »
L&A THEÂTRE - Stéphane Bugart

« Il ne s'agit pas de raconter une histoire, et l'acteur ne s'ingénie en aucun cas à faire rentrer le spectateur dans un système d'identification. Les trois comédiens ne jouent pas un pièce: ils jouent. Point. Et ils nous amusent. A partir de textes absurdes, ils mettent en place des situations résolument comiques, où les personnages, imbus d'eux mêmes, se parlent sans jamais s'écouter (...) »
LE SOUFFLEUR, Association Etudiants-Théâtres - Sandrine Martin

« (...) Véritable composition instrumentale à six mains, trois corps en mouvement et trois voix (...) "Trio" est une forme résolument novatrice où l'humour côtoie sans complexe la poésie. La qualité de la mise en scène d'Urszula Mikos et le talent des comédiens - tant pour l'improvisation que pour l'interprétation stricte de cette partition théâtrale originale - en font un spectacle remarquable et étonnant. »
LA REVUE DU SPECTACLE - Gil Chauveau

« (...) divagations à la fois burlesques et métaphysique interprétées par trois énergumènes en queue-de-pie ! Urszula Mikos, avec le soutien d'une distribution hors pair, fait merveille. A partir de cette réflexion extrêmement précise sur le langage et nos rituels sociaux les plus quotidiens, Patrice Juiff, Mathias Mlekus et Bruno Pesenti explorent nos zones ombreuses où affleure une subtile critique de l'absurdité de notre monde contemporain: soif de pouvoir, démagogie, égoïsme, délation, jalousie (...) Magnifique chassé-croisé d'acteurs, scènes extravagantes, parfaitement imprévisibles mais d'une parfaite rigueur, trouvailles novatrices, ourlées d'humour décalé et interprétation époustouflante: franchement, ça vaut le coup d'aller y jeter un œil et même les deux ! Une cinglante et lumineuse leçon de théâtre récompensé par le grand prix des 18èmes Rencontres Charles-Dullin 2000 en deux temps trois mouvements. »
A NOUS PARIS - Myriem Hajoui

« Sacrée gageure! (...) Téméraire, Urszula Mikos s'attelle à cette composition ouverte à la fois burlesque et métaphysique, nous délivrant cet épatant objet théâtral non identifié, d'où irradie un formidable humour
porté par trois excellents interprètes. »

PARIS AVENUE avec Le Figaro - Myriem Hajoui

« (...) Composition hallucinante sur l’essence même du théâtre, ce Trio est unique. Comment définir ce spectacle ? Un fabuleux moment de magie ? Une étude très poussée sur la mise en scène et l’occupation de l’espace ? Ou les deux à la fois ? L’intention est de donner du plaisir et une leçon de théâtre. Savoir comment maîtriser l’espace - temporel, physique, sonore - c’est savoir mettre en scène une pièce, ou simplement jouer(...) L’intimité que les acteurs savent créer avec le public permet à ce dernier d’entrer progressivement dans le jeu, de s’habituer au monde hallucinant de Schaeffer. (...) »
METROPOLIS "Metromag" - Olivier Rigaud

« Déroutant et Captivant. (...) Il fallait un instinct très sûr pour se frotter au théâtre de Schaeffer, l'un des auteurs les plus célébrés de cette fin de siècle, traduit et joué dans le monde entier sauf en France. (...) Urszula Mikos s'attelle avec brio à cette composition singulière, à la fois burlesque et métaphysique. Au final : un épatant objet théâtral avec un formidable humour décalé servi par Patrice Juiff, Mathias Mlekuz et Bruno Pesenti. Saluons au passage la programmation courageuse de ce petit lieu qui défend une certaine idée, forte et libre, du théâtre. »
A NOUS PARIS - Myriem Hajoui

« Une création surprenante et rocambolesque du Théâtre Le Proscenium mis en scène par Urszula Mikos (...) les trois comédiens à la fois instruments et instrumentistes, nous exposent avec un humour détonant les carences de notre monde contemporain. (...) »
LE SOUFFLEUR - Etudiants et Théâtres - Anne-Laure Janson

« Le un a fait le deux, le un et le deux ont fait le trois. (...) il convient de choisir trois acteurs qui soient à la fois de bons comédiens, champions de gymnastique au sol, figures imposées, figures libres. (...) parfaitement maîtres de leurs mouvements et complètement déjantés. La mise en scène se doit d'être aussi précise qu'une partition musicale. Quant à la pièce, elle est avant tout drôle dans le sens où l'on rit beaucoup. Drôle aussi dans le sens de bizarre, il s'agit d'improvisations très longuement exercées qui permettent à l'auteur d'aborder des sujets existentiels et métaphysiques dont le rire n'est que le moyen providentiel pour la sauvegarde de la santé mentale. (...) L'être humain commence à deux mais à trois c'est beaucoup plus drôle. »
LA REVUE DU SPECTACLE - Claude Kraif

« (...) Avec ce “ Trio ” mis en scène par Urszula Mikos d’après l’œuvre de Boguslaw Schaeffer on découvre, étonnés et ravis, que ce n’en est pas fini de rire et que trois formidables comédiens (P. Juiff, M. Mlekuz et B. Pesenti) font se tordre de façon singulière et éclater drôlement notre matière réputée grise. Le rire éclate de toutes parts, prenant le parti de tous les mots , attitudes, répliques, mimiques, rythmes, ruptures, chocs, distances... C’est un festival de couleurs (...) un concert d’harmonies et de dissonances, un creuset de solitudes en fusions. Telle notre condition humaine. Une composition scénique cohérente, inédite, créative. Boguslaw est le diable et Urszula son lutin servant. L’extrême précision de la mise en scène atteste la perfection mécanique de l’écriture garante de son humour insolite. (...) Urszula Mikos (...) a trouvé dans les partitions de B. Schaeffer un champ d’exploration idéal pour exercer son art et satisfaire notre intérêt et notre plaisir. »
ALIGRE FM - Jean Piriou

« (...) Dans un ballet parfaitement réglé, trois comédiens époustouflants, manipulent l'œuvre de ce dramaturge polonais, à la manière d'un canevas qui sollicite l'improvisation et la variation. (...) Tour à tour instruments ou instrumentistes, Patrice Juiff, Mathias Mlekuz et Bruno Pesenti, exécutent dans une série de saynètes une composition qui n'hésite pas à varier les genres : réflexions philosophiques, farce burlesque, scènes de comptoirs, poésie. (...) c'est ici, l'acteur dans son essence même qui se donne à voir, l'acteur en tant que personnage. Trio est une source de réflexion sur la langue, sur le théâtre et, surtout, sur la condition même de l'homme, non au sens existentiel du terme, mais dans le rapport conflictuel qu'il entretient aux autres hommes. (...) Très efficace, virtuose, ce spectacle honore l'esprit de Schaeffer, dont la mécanique bien réglée engendre un irrépressible humour. »
FLUCTUAT.NET - Virginie Lachaise

« (...) c’est à la métaphysique (...) que s’attaque Urszula Mikos en nous donnant à voir et entendre Trio.(...) d’une métaphysique/physique à l’instar des grands burlesques. (...) Le corps y parle. Le corps y joue.(...) c’est toute l’absurdité du monde qui ici se trouve contenue. Heureusement soutenue par une connaissance à toute épreuve du théâtre. Et des acteurs pour le moins engagés et costauds ! »
RADIO LIBERTAIRE - Jehan Van Langhenhoven

« (...) Curieux, déroutant, absurde au plus pur sens slave du mot, un spectacle enlevé, servi par trois grands comédiens remarquables (...) une mise en scène originale et d'une grande qualité (..) Il n'est pas inutile, parfois, de se laisser déboussoler ! »
RADIO NOVA - Marianne Groves

« (...) On retrouve beaucoup d'humour et de la perfection mécanique (caractéristique du théâtre de Schaeffer) dans Trio qui est basé sur les capacités vocales et physiques de ses trois interprètes. Une réflexion sur le langage et nos attitudes quotidiennes (...) Pour changer vos habitudes théâtrales et vous offrir de nouveaux horizons, découvrez le théâtre "instrumental" de Schaeffer. »
WIN VOTE - Mathieu Chapuis

« (...) Il sont donc trois. Trois à entrer sur la petite scène du Proscenium en smoking comme des concertistes (...) Le sérieux est de rigueur; pas un mot et une chorégraphie étrange qui se termine en une pyramide humaine (...) et puis une longue mêlée s'organise, les onomatopées, les sons gluturaux, les gémissements. De cette partition ironique s'élève un choeur dissonant, improbable et inédit. Le tout souligné par des mouvements mécaniques et répétés (...) Cette vision originale du théâtre place l'acteur au devant de la scène, ce théâtre le laisse improviser, inventer, composer (...) presque performance alors, ce spectacle est une réflexion sur le théâtre, la langue et les relations triangulaires sujettes à conflits (...) Trio recelle de grandes trouvailles et un atypisme sans concession. De ces séquences transpire un humour grinçant et comme une inquiétude sur l'impossibilité à nouer un dialogue. On est ici à deux doigts d'un théâtre musical à capella, un théâtre courageux et singulier comme l'est la programmation du Proscenium. De toute façon à découvrir et à surveiller. »
CITIVOX.COM - Philippe Dejeune

« Trio est le miroir du travail du comédien et d'un certain théâtre défendu par Urszula Mikos dans lequel l'acteur invente son personnage comme une suite d'instantanés, en fonction de son énergie intérieure (...) B. Schaeffer est un artiste polonais qui a débuté par la composition purement instrumentale a travaillé au départ sur le happening musical pour comédien. Certaines de ses indications sont rythmiques, d'autres mélodiques, d'autres encore purement textuelle mais toujours avec des traitements sonores, polyphoniques, spécifiques: canon; fugue, labyrinthe vocal (...) c'est un bizarre ensemble contemporain, très beckettien, sujet aux amnésies (...) créer des conditions telles que le comédien puisse rester créateur pendant le temps de la représentation. »
PARIS IANETRO - Valérie Prevost

« Trois comédiens à la fois instruments et instrumentistes exposent avec un humour détonnant, les carences de notre monde contemporain. »
LA GAZETTE DU VAL D'OISE

« (...) les personnages de Trio auront ainsi pour première tâche d'être là, de chercher à exister dans l'espace du théâtre; le drame consistant en leurs efforts et leurs tentatives de dialoguer ou de créer.. Les conflits qui les animent appartiennent alors au dramatique, au comique ou au poétique, suivant chacune des situations à laquelle ils sont confrontés où qu'ils cherchent à résoudre. »
LE DOMONTOIS

« Le meilleur du théâtre s'invite dans le Val d'Oise (...) trois comédiens vêtus de noir, trois chaises pour seul décor, Urszula Mikos nous offre un spectacle étonnant qui fait partie de notre sélection du Festival théâtral. »
LE PARISIEN les loisirs - Val d'Oise

retour à Trio