1999
Théâtre Le Proscenium (Paris)

LE LÂCHE
d'Henri-René Lenormand

Mise en espace et scénographie: Urszula Mikos
Avec les élèves de l’école "L’acteur Instrumental" et de deuxième année du CNSAD

Avec "Le Lâche", où le personnage principal est plutôt malade que coupable, Lenormand nous invite à l’étude d’un cas pathologique à travers des sujets exceptionnels, sinon morbides.

Lenormand est attiré par les sujets neufs et périlleux, par l’inconscient et les pensées qui s’y cachent, par les désirs troublés, les sentiments informulés, les forces obscures. Il nous décrit avec courage un milieu dont la « peinture » complète la fresque ébauchée par la littérature de guerre. Les deux caractères que l’on peut isoler en ses périodes belliqueuses sont le héros et le lâche. La comédie antique a souvent dessiné des silhouettes amusantes de poltrons. On en trouve aussi dans Shakespeare. Mais le poltron n’est que la transposition comique du lâche. Son « lâche » est avant tout un malade et sa pièce illustre une analyse physiologique de la peur. Le personnage ne professe pas de théories antimilitaristes, ni d’idées subversives, aucun sursaut de révoltes, c’est une terreur qui monte en lui comme une contagion.

Aujourd'hui presque oublié, Lenormand fut un des auteurs les plus célèbres de l'Entre-deux-guerres. Depuis sa mort, la plupart de ses oeuvres n'ont jamais été rééditées. Le journal d'Arthur Schnitzler nous permet de penser qu'il a influencé ce dernier pour écrire sa "Nouvelle rêvée", dont Stanley Kubrick a fait une célèbre adaptation: "Eyes Wide Shut".

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Théâtre Montorgueil (Paris)

LES REPETITIONS
De Boguslaw Schaeffer

Traduction, mise en scène, scénographie: Urszula Mikos
Avec : Michel Gravero, Stephan Ropert, Pierre William, Stephane Keller, Joanne Dasoul, Emmanuelle Pezet, Stephanie Taillandier

Les quatre premières scènes des "Répétitions" représentent une sorte d’expérience particulière qui consiste en répétitions de performances théâtrales inventées pour l’occasion. L’histoire entière se passe au théâtre. Les acteurs et le metteur en scène veulent donner une forme significative à leur théâtre. Ils échouent à cause de la mégalomanie stupide du metteur en scène et de sa négligence face aux conseils des acteurs. Le théâtre dépeint ici, présente son aspect le plus intéressant et le plus vrai. La pièce porte un jugement sévère sur le monde du théâtre. L’œuvre est imprégnée d’une atmosphère très singulière. L’auteur parle ici de lui-même et de son art avec beaucoup de scepticisme et une très grande distance.

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

du 31 mars au 6 avril 1993
Espace Sedirat (Paris)

MONNA VANNA
opéra de Henry Février

Mise en scène: Urszula Mikos
piano: Philippe Tonnerre
ténor: Christophe Ramon
soprano: Chantal Loew
baryton: Jean-Philippe Marlière
récitante: Tatjana Verdonik

L'ouvrage d'Henri Février était au début du siècle un des grands succès dramatiques de l'Opéra de Paris, bien oublié aujourd'hui.

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Production: Goût de théatre
du 6 au 30 octobre 1997
Théatre André Bourvil (Paris)

TCHEKHOV EN TROIS ACTES
3 nouvelles d'Anton Tchekhov: L’Ours, Les méfaits du tabac, Le chant du cygne

Mise en scène: Urszula Mikos
Avec: Corinne Ortega, George Prault, Jean-Claude Landier

Un enchaînement de "l’Ours", "Les Méfaits du tabac" et "Le chant du cygne" est rarement proposé. Trois comédiens se réunissent, explorent les différentes partitions d’énergies que proposent ces pièces, incarnent le personnage, se désincarnent, prennent le spectateur à témoin…

"L’Ours", grâce à sa construction musicale – crescendo, énergie poussée à son paroxysme, changement spectaculaires d’univers – offre la possibilité au metteur en scène de travailler non seulement sur une partition émotionnelle mais aussi sur la théâtralité.

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

retour aux spectacles